Moteur de recherche Nous écrire Plan du site Aide à la navigation Retour à la page d'accueil Participer à un forum S'inscrire à une liste de discussion
 
retour à la page d'accueil
Stage départemental 

 25 février - 1er mars 2002

Centre Académique de Pédagogie

TICE et apprentissages 

Formateur

Monique PAULIN

Conseillère Pédagogique 


Intégrer l’outil informatique au fonctionnement de la classe


Objectif : éprouver les outils permettant d’intégrer l’outil informatique dans ses pratiques notamment dans les domaines de la production d’écrits, de l’utilisation de logiciels éducatifs et de la manipulation d’Internet

"Le passage d'une économie nationale "postindustrielle" à une économie plus globale de l'information et de la connaissance entraîne de profondes mutations dans notre société. Les technologies de l'information et de la communication ne sont pas seulement des accessoires. Elles sont au nombre des outils fondamentaux de la civilisation de demain. Le système éducatif ne peut les ignorer. […] " Ainsi s’exprime le Président de la Commission informatique de l’Inspection Générale de l’Éducation nationale dans son rapport officiel 1997.

Guy Pouzard, Rapport officiel de l'I.G.E.N. 1997 .

Un ordinateur  pour quoi faire ?

L'omniprésence des nouvelles technologies dans la vie quotidienne implique une nécessaire adaptation du monde éducatif. L'ambition est d'ouvrir l'école sur le monde et d'utiliser ces technologies pour que devenus adultes, les enfants n'aient pas à être des esclaves inconscients de machines diabolisées mais pour qu'ils sachent avant tout les comprendre.

Peut-on imaginer aujourd'hui, avec le développement d'Internet et du multimédia, qu'un élève quitte l'école sans avoir été initié aux possibilités qu'offre le numérique ?  L'accès à des informations, à des documents, la mise en forme et la communication des idées, l'assimilation et la vérification des connaissances : autant d'usages de l'ordinateur auxquels l'école ne peut se soustraire. Nous nous devons d'adapter les moyens pédagogiques actuels aux enfants d'aujourd'hui et de demain et d'intégrer l'utilisation de l'outil dans nos pratiques d'enseignement en nous appuyant sur le quotidien de la classe pour en banaliser l'utilisation  au même titre que le tableau ou le stylo à bille.

« L’aventure TICE » telle que nous y sommes invités par l’institution

L’informatique à l'école élémentaire n'étant pas une matière supplémentaire à enseigner, les textes se rapportent à l'usage pédagogique des machines.  Les ordinateurs ont fait leur apparition officielle dans les écoles en 1985 et depuis, ces textes suivent globalement les mêmes orientations, en en privilégiant certaines au gré des progrès technologiques. 

  Une culture de réseau 
« L’accent doit être mis sur la notion de système de communication et sur la mise en place d’une culture de réseau qui devrait, à terme, modifier en profondeur les méthodes, les formes et les rythmes du travail pédagogique. L’usage des Technologies  de l’Information et de la Communication ne doit donc pas être conçu comme une pratique isolée, mais comme un élément structurant autour  duquel peuvent s’organiser et se  mettre en cohérence l’ensemble des activités pédagogiques. »  Extrait de la circulaire parue au BO du 2 juillet 1998

C’est l’effet Internet que l'on doit intégrer dans ses pratiques. L’éducation à l’école ne peut plus se réduire à un groupe maître – élève, dans une classe étanche et dont l’activité est homogène.  Le changement de paysage éducatif se fonde sur une culture de réseau et prouve ainsi que l’usage pédagogique d’un ordinateur ne se réduit pas à l’enseignement assisté.

Vu l’abondance d’actions possibles, quelles sont celles qui doivent être maîtrisées par les élèves ?  Elles sont, bien sûr, fonction des objectifs que l’on se donne.


D
es exemples d'utilisation

Si on utilise le T de T pour finaliser les productions d’écrits et les rendre « présentables » socialement, par exemple produire un journal, un recueil de contes, des lettres aux correspondants… il suffit d’être capable de lancer le logiciel, de maîtriser les opérations d’ouverture et d’enregistrement de fichiers, de savoir choisir une police de caractères adaptée, de mettre en forme le texte en sachant l’aérer, et de pouvoir effacer les éventuelles fautes de frappe. Ce ne sont là que des compétences techniques.

Certes on ne fera pas l’impasse sur ces opérations car produire des écrits diffusables est motivant pour les élèves. Cependant il existe des voies complémentaires à la précédente : transformation d’écrits existants, production d’écrits et en particulier d’hyperdocuments  qui utiliseront plus complètement les possibilités offertes.

Nous mettrons en relation des compétences liées à la maîtrise de la langue avec quelques exemples d’utilisation de différentes fonctionnalités d’un traitement de texte pour renouveler entièrement le rapport à l’écrit. La maîtrise de l’outil sera travaillé au fur et à mesure des situations proposées qui sont toutes créatrices de sens.

 Il appartient à chaque maître volontaire d'imaginer les applications possibles, en fonction du contexte de sa classe.   

 

« Les choses qu’il faut apprendre pour les faire, c’est en les faisant que nous les apprenons »      Aristote, Ethique à Nicomaque


Des pistes à explorer

Quelques exemples de productions

 Des éléments de réflexion



Mise à jour le 10 décembre, 2002